Christophe, Responsable d’exploitation GT solutions Réseaux Spécialisés

Christophe GT solutionsChristophe, tu aimes le changement. Tu as été servi ces derniers mois, non ?

Comblé même !!! Je suis arrivé chez GT solutions Réseaux Spécialisés en novembre 2021 comme Responsable d’exploitation (REX) de l’agence de Tremblay. Et très vite, il y a eu un projet de migrer vers de nouveaux locaux à Garonor. Ce déménagement vient de se terminer, ça a été fou. Je n’aime pas m’ennuyer mais à ce point-là… !

Malgré tout, ce déménagement est réussi. C’est une fierté ?

Bien sûr, toutes les équipes se sont mobilisées. Il y avait tout à bouger entre Tremblay et Garonor : le stock de pneus et de marchandises sur palette, nos bureaux et dossiers, les chariots, les racks, les semi… et les camions qui continuaient à arriver. C’était difficile car nous n’avons pas arrêté notre activité quotidienne pour autant. Nuit, jours fériés, week-end, nous avons été sur le pont en permanence.

Que faisais-tu avant d’intégrer GT ?

Ma famille a toujours été dans le transport, j’aime cette énergie. J’ai créé ma propre société de transport, que j’ai dirigée pendant 4 ans puis j’ai eu envie de plus de stabilité pour ma vie de famille.

J’ai postulé ici parce que le projet m’intéressait : l’agence de Tremblay était en plein essor, il y avait tout à construire avec une restructuration à mener et des process à installer. Tremblay, et maintenant Garonor est la plus grande agence de GT solutions Réseaux Spécialisés. Nous distribuons toutes les autres agences de France, et chaque nuit des flux partent de chez nous pour aller livrer Bordeaux, Lyon, Toulouse, Maxéville, Marseille, Lillers et la Normandie.

Comment s’est passée ton intégration ?

Pascal, mon directeur d’Agence, m’a accompagné dès le départ, en me transmettant son savoir-faire. C’est une chance de l’avoir à mes côtés. Mon seul regret est de n’avoir pas pu encore me rendre au siège de GT solutions, à Bassens (33). D’autres nouveaux collaborateurs y sont allés, ont assisté au Welcome days et sont rentrés enchantés.

En décembre, il y a eu les distinctions GT…

C’était une première pour moi, je n’avais jamais vu ça ailleurs. Les distinctions GT nous ont permis de récompenser et de remercier 2 salariés pour leur implication et leur engagement. Cette remise de distinction a soudé l’équipe, avec un effet très positif.

Quel est ton rôle exactement en tant que REX ?

Je supervise en général l’activité de l’agence. Il y a l’humain d’abord bien sûr, avec 50 personnes à manager, la moitié dans les bureaux et les autres sur les quais : mon rôle principal est de leur mettre les moyens à disposition afin d’exploiter correctement, gérer les plannings et les absences, les congés, les heures supplémentaires, rechercher des intérimaires, s’occuper de la prévention, instaurer des process et des actions correctives…

Il a ensuite toute la partie production : la gestion des lignes, des retards, le suivi des clients.

Un moment préféré dans tes longues journées de travail ?

C’est vrai qu’elles sont longues, l’activité ne s’arrête pas. C’est non-stop jour et nuit, avec des équipes qui prennent leur service à 8 h, midi, 15 h, 20 h, 2 h du matin… nous faisons le tour du cadran. Donc pour en revenir à la question, j’aime bien les fins de journée lorsque je fais le point sur les départs de toutes les tractions. Et là, montée d’adrénaline ! Nous sommes tous dans le speed, tout doit partir en temps et en heure. C’est une grosse pression : si cela se passe mal chez nous, les retards affectent tous les autres sites.

Il y a toujours des imprévus. À moi d’être réactif, organisé, garder mon sang-froid. Avec les équipes, nous avons quelques minutes pour trouver des solutions. Fatigant, mais motivant quand on aime être en mouvement…

Bruno, Responsable d’Exploitation en Bretagne

Responsable exploitation GTBruno, ton parcours chez GT solutions est impressionnant, aussi bien en termes de progression que de mobilité interne. Tu as fait un véritable tour de France !

C’est vrai, je suis arrivé en 1987 comme conducteur chez GT Nord puis j’ai évolué vers un poste de polyvalent et saisonnier pour l’activité gaz, qui était importante à l’époque. En 1997, j’ai commencé à travailler dans le pneumatique à Beauvais en tant que chef de quai. En 2004, j’ai été nommé Responsable d’Exploitation (REX) dans la filiale Centre-Est, devenue plus tard GT Rhône-Alpes. J’ai aidé au démarrage de cette nouvelle filiale puis je suis passé chez GT Centre-Ouest jusqu’en 2009. Ensuite ma route a pris la direction de la Bretagne et j’occupe toujours les fonctions de REX.

C’est une belle évolution…

C’est la marque de fabrique de l’entreprise GT solutions, qui permet la progression de carrière en interne. Je ne suis pas un cas isolé, nous sommes nombreux à avoir évolué !

Quelles sont tes missions en tant que REX ?

Nous gérons l’humain tout d’abord en manageant les équipes, en recrutant et en faisant respecter les règles de sécurité. Pour nous, en Bretagne, il y a également toute la dimension sanitaire de l’activité qui est très importante puisque nous sommes spécialisés dans le transport de volailles. Il faut être un peu couteau suisse dans cette fonction… En ce moment par exemple, notre Responsable maintenance est parti, j’accompagne durant la transition. Je suis aussi impliqué dans la prévention, mais la filiale a recruté récemment un APTR (animateur prévention du transport routier), qui va prendre la relève à ce sujet.

GT Bretagne vient de s’équiper d’une toute nouvelle station de lavage.

Oui c’est une installation performante, qui répond aux exigences sanitaires actuelles, tout en soulageant les équipes. Grâce à cette station, les chariots affectés à l’activité canard sont désinfectés automatiquement alors qu’avant, les opérateurs les lavaient un à un avec des lances haute pression. Cela améliore fortement la pénibilité de cette activité.

J’avoue que la grippe aviaire est un casse-tête pour nous car dès qu’un élevage est contaminé, les services de l’État mettent en place une zone de protection généralement d’un périmètre de 10kms et tous les mouvements d’animaux et produits avicoles à l’intérieur de cette zone sont interdits. Il faut donc sans cesse refaire, en collaboration avec nos clients les plannings de ramasse et trouver des solutions. C’est éprouvant pour tout le monde et surtout pour les chefs de groupe qui organisent les enlèvements de volailles.

Une satisfaction, un moment préféré à partager ?

Nous avons démarré un nouveau dossier il y a quelques mois, dans un domaine bien différent puisqu’il s’agit de livrer des menuiseries dans toute la France. Comme le siège social de cette société est aux Herbiers (85), c’est GT Bretagne qui organise le transport des huisseries en semi-remorques avec chariot embarqué, avec du fret au retour pour ne pas rentrer à vide.

Autre point de satisfaction pour moi, c’est le fait d’avoir réussir à préserver l’activité d’une équipe de 4 conducteurs qui était à l’arrêt à cause de la grippe aviaire. Du jour au lendemain, nous avons pu trouver un débouché pour livrer la grande distribution et réaffecter l’équipe, sans perdre une journée d’exploitation. Grâce à la mobilisation de tous, nous avons évité le chômage partiel et d’éventuels licenciements.

 

 

Nous adapter aux ZFE

Les ZFE, quelles contraintes ?

On parle désormais de Zones à Faibles Émissions mobilité (ZFE-m). Elles concernent les métropoles de plus de 150 000 habitants. Le but est de restreindre dans leur périmètre la circulation des véhicules les plus polluants à horizon 2025. L’objectif affiché par le gouvernement est de réduire ainsi la pollution dans les villes de 40 % d’ici 2025. Dans les territoires placés en ZFE-m, les véhicules les plus polluants identifiés par les vignettes Crit’Air 5, 4 et 3 sont ou seront soumis à des restrictions de circulation. Ces dernières pourront s’appliquer continuellement ou sur des plages horaires déterminées, en accord avec la décision des collectivités ou de la réglementation européenne pour les métropoles dépassant le seuil européen de qualité de l’air.

Ainsi en dehors des métropoles désignées comme dépassant les seuils de qualité de l’air, chaque collectivité peut moduler ses paramètres ZFE-m : véhicules concernés, planning de mise en place, spécificités pour les utilitaires et les poids lourds, horaires, zonage, etc. Dès ors qu’une métropole est définie comme une ZFE-m, tous les véhicules circulant dans cette dernière devront apposer la vignette Crit’Air sur leur pare-brise.

Les ZFE-m à ce jour sont effectives à Paris et Grand Paris, au Grand Lyon, dans les métropoles de Grenoble-Alpes, Rouen, Strasbourg, Toulon, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse et Nice Côte d’Azur.

carte ZFELes prochaines annoncées sont celles des Métropoles de Lille et de St Etienne, Arras, Grand Reims, Grand Nancy, Cluses-Arve, Grand Annecy, Valence Roman, La Rochelle, Clermont Auvergne.

Cette mesure est à chaque fois accompagnée par des aides de l’État concernant l’acquisition de véhicules non polluants, et un soutien financier apporté aux collectivités locales.

Quelques exemples des ZFE-m actuellement déployées :

Grand Paris : au 1er juillet 2019, restriction pour les pastilles Crit’Air 5 et véhicules non classés ; au 1er juin 2021, restriction pour les Crit’Air 4.

Grand Lyon : pour les professionnels, interdiction depuis le 1er janvier 2021 aux utilitaires et poids lourds classés Crit’Air 3, 4 et 5 et non classés.

Grenoble (en cours de déploiement) : en 2023 seront concernés les voitures classées Crit’Air 5, puis les véhicules classés Crit’Air 4 en 2024 et enfin les vignettes Crit’Air 3 en 2025.

10 % de notre flotte roule en énergies alternatives

Dans un contexte réglementaire et d’approvisionnement mouvant, GT solutions a choisi de diversifier sa politique d’achats sur les énergies alternatives. L’heure n’est plus à la stratégie « tout gaz », mais plutôt à adopter un mix énergétique incluant des véhicules fonctionnant au GNV, à l’électricité, au B100, voire à l’hydrogène.

Pour Romuald, Directeur Technique et Achats, « chaque technologie présente des avantages et des inconvénients. Si l’on examine celles ayant un niveau de décarbonation supérieur à 50 % sur l’ensemble du cycle de vie du puits à la roue, on constate que le biométhane (Bio GNC) souffre d’infrastructures faibles, que la disponibilité du B 100 est limitée, de même que l’hydrogène dont l’offre reste encore embryonnaire. Par contre, il n’y a aucune restriction d’autonomie pour ces trois énergies, ce qui n’est pas le cas de l’électricité. »

D’une manière générale, ces carburants alternatifs représentent un coût d’exploitation plus élevé que les énergies fossiles, ce qui n’empêche pas GT solutions de sensibiliser tous ses clients et de les inciter à adopter une démarche plus vertueuse, comme le souligne Romuald : « Toutes nos offres commerciales gas-oil sont challengées et nous proposons systématiquement une option avec une énergie alternative, avec un comparatif estimatif de bilan CO2».

L’entreprise est pionnière avec près de 10 % de sa flotte en énergies alternatives. Actuellement notre taux d’équipement en véhicules GNV est 4 fois supérieur à la moyenne nationale. Nos services travaillent en permanence sur l’ensemble des technologies présentant un taux de décarbonation maximum, du puits à la roue. Dans cette optique, nos équipes testent régulièrement des véhicules électriques nouvelle génération, comme le camion futuriste Volta, ou d’autres essais avec Renault trucks et Volvo trucks.

Sandrine, commerciale chez GT Réseaux Spécialisés

Sandrine, commerciale GTSandrine, tu es « tombée » dans le transport pendant tes études, c’est ça ?

Oui, tout à fait ! Je suivais un cursus gestion des entreprises et des administrations avec une spécialisation en gestion européenne des PME lorsque, par hasard, j’ai effectué un stage chez un transporteur qui faisait de l’affrètement national et international. Cela remonte quand même à 1999 ! Depuis, je n’ai pas quitté ce secteur d’activité en travaillant soit à l’exploitation, soit au service commercial.

Ton arrivée chez GT solutions est récente. Pourquoi GT ?

J’avais envie de changer d’entreprise pour des raisons de ressources humaines. Là aussi, le hasard fait bien les choses. Une de mes anciennes collègues était partie chez GT solutions et m’en disait du bien. En voyant l’annonce de recrutement pour une fonction commerciale à l’agence de Maxeville, j’ai tenté ma chance… et j’ai été embauchée le 1er juin 2022.

Qu’est-ce qui t’a attirée dans ce poste ?

La réputation de GT solutions en termes de relation humaine, et je n’ai pas été déçue. Dès le processus de recrutement, j’ai senti une vraie différence. J’ai passé 5 ou 6 entretiens avec des personnes qui ont pris le temps de m’expliquer ce qu’elles vivaient ici et comment elles travaillaient. Le fait d’associer de futurs collègues au choix du candidat et de leur demander leur avis, c’est énorme. Il y a beaucoup plus de chances que l’intégration soit réussie dans ces conditions.

Et justement, pour mon intégration, j’ai pu faire un tour de France des sites GT solutions, avec à chaque fois un accueil très bienveillant de la part des équipes.

Quelle est donc ta fonction au sein de l’agence de Maxeville ?

C’est un challenge passionnant puisque c’est une création de poste. Il s’agit de développer l’activité affrètement et distribution palette de GT solutions Réseaux Spécialisés sur le grand Est. C’est d’autant plus intéressant que nous emménageons dans de nouveaux locaux début 2023, près de Nancy, avec des capacités logistiques plus importantes et une très belle visibilité depuis l’autoroute.

Je démarche les industries dans tous les domaines. Cela demande pas mal d’adaptation pour les équipes, plutôt spécialisées dans l’activité pneus, mais j’avoue qu’il y a un état d’esprit formidable ici, tourné vers la réussite. Quand je propose un nouveau dossier, tout le monde est volontaire.

Quels points forts mets-tu en avant lors de tes prospections ?

La dimension familiale de GT solutions. Les circuits de décision sont ultra-courts, ce qui n’est pas le cas partout. La hiérarchie est très accessible, c’est un fonctionnement efficace, que les clients apprécient.

Une réussite à partager avec nous ?

Oui, la signature d’un premier contrat pour GT Réseaux Spécialisés, pour assurer la livraison de meubles réfrigérés pour la grande distribution. Nous avons démarré en back-up car le transporteur principal de cette entreprise ne pouvait plus assurer l’augmentation des flux. Et maintenant, ce client nous confie plus de volume à l’année. Après avoir commencé notre collaboration sur l’activité distribution, nous étudions en ce moment avec le client une proposition pour la mise en place de deux moyens dédiés au départ de chez eux à partir de janvier 2023, en collaboration avec nos collègues du Réseau Dédié.

Ton moment préféré dans la journée ?

Lorsque j’appelle l’exploitation et que nous trouvons ensemble des solutions face à un problème. Cette énergie collective est très stimulante.

 

 

Épargne GT : promouvoir l’actionnariat salarié

La reconnaissance, une valeur essentielle chez GT solutions

En 2022, l’épargne proposée aux salariés évolue : les actions, dont le prix atteint aujourd’hui 10,14 euros, deviennent le produit phare de l’épargne de l’entreprise. Carole Pernette, ayant la responsabilité de l’Épargne salariale chez GT solutions, revient sur les objectifs de cette évolution : « Nous souhaitons faire de l’épargne GT un outil d’attractivité et de fidélisation des salariés dans un environnement de difficultés de recrutement. Il nous faut également davantage coller au contexte économique et social de l’entreprise. Et enfin, renforcer la clarté, la transparence et la simplicité du dispositif d’épargne GT. »

Après une première campagne de souscription en avril, voici venir la seconde période d’achat des actions GT, ouverte du 1er au 15 novembre. « La campagne de novembre est axée sur la reconnaissance de la fidélité des salariés. À ce titre, elle s’inscrit totalement dans la démarche de Qualité de vie au travail que nous avons adoptée », explique Carole Pernette.

Les salariés ayant de l’ancienneté chez GT (2 ans, 5 ans, 10 ans, 15 ans) seront récompensés avec 15 actions offertes pour 5 achetées.

Ce nouveau système sera évalué pendant 3 ans. Les actionnaires pourront suivre l’évolution de leur compte actions via un site sécurisé en ligne permettant une visualisation de la totalité de leur épargne placée chez GT solutions.

Tous les autres salariés, non concernés par ces seuils d’ancienneté, bénéficient toujours d’un abondement classique : 1 action offerte par l’entreprise par tranche de 5 actions achetées (soumis à plafonnement).

Associer les salariés à la réussite de leur entreprise

Cette implication financière des salariés leur permet de mieux comprendre les enjeux de l’entreprise et de les associer à sa réussite. Les salariés actionnaires ont d’ailleurs un représentant au Conseil d’administration de GT Location.

Les avantages de l’épargne salariale GT

– faire un placement financier dans son entreprise

– profiter des offres d’abondement proposées par l’entreprise

– bénéficier d’une évolution du prix de l’action maîtrisée, l’action GT n’étant pas cotée en bourse

– profiter d’avantages fiscaux (défiscalisation de la part de l’intéressement/participation consacrée à l’achat d’actions).

 

Anabella, gestionnaire de parc

Anabella, comment devient-on gestionnaire de parc et quelle est ta mission ?

Je suis arrivée à la Direction technique et Achats en 1995 pour effectuer des saisies de préventif puis j’ai évolué vers un poste d’assistante administrative. Comme le service est en mouvement permanent, mon périmètre a sans cesse changé : gestion des immatriculations, suivi des achats, gestion administrative du parc et des voitures de services, préparation des documents de ventes, gestion du carburant, etc. Puis cette année, on m’a proposé le poste de gestionnaire de parc.

Je m’occupe donc du parc de véhicules légers : renouvellement des besoins, dérives kilométriques en ajustant les contrats lorsqu’il y a des écarts. Je gère la partie administrative des poids lourds de locations extérieures : validation des factures et cohérence des kilomètres de fin de contrats. Je m’assure de la cohérence des données dans le logiciel de gestion de parc et des véhicules disponibles.

Un moment que tu apprécies particulièrement dans ta journée de travail ?

J’aime le côté « service support » qui aide les filiales. Nous sommes là pour leur répondre au mieux et au plus vite. J’apprécie aussi beaucoup la relation avec les fournisseurs.

Une galère à nous raconter ?

Je me souviens des débuts des véhicules au gaz. Il y avait très peu de stations à l’époque. Un jour, nous avions organisé un convoyage de véhicule où il y avait un seul point d’approvisionnement de gaz sur le trajet. Le conducteur m’appelle : la station était fermée et son réservoir était à sec. Nous avons dû faire remorquer le camion jusqu’à un garage puis trouver une solution pour refaire le plein. Nous nous sommes débrouillés avec une mairie qui avait des bus fonctionnant au gaz et qui, très gentiment, nous a dépannés… avec tous les autres problèmes périphériques de refacturation, création de compte, etc. Après, nous appelions systématiquement les stations du trajet pour vérifier qu’elles soient bien ouvertes !

Es-tu fière de cette promotion ?

Oui, car ça aurait pu être un recrutement extérieur. Mais l’entreprise m’a fait confiance et je suis contente qu’on m’ait proposé ce poste ! C’est très motivant.

Arpad, spécialiste du pneumatique et nouveau directeur d’agence

Directeur GT solutionsArpad, tu as une phrase fétiche qui colle bien avec ton métier, non ?

C’est vrai, j’ai l’habitude de dire « On ne va pas se dégonfler ! ». Ce jeu de mots renvoie à l’univers du pneu, dans lequel j’ai toujours travaillé aussi bien dans la logistique que dans le transport. Cette activité demande beaucoup d’organisation. Il faut être réactif et adopter les décisions nécessaires sans bloquer ni attendre mais aussi prendre le temps de structurer les flux.

Quel est ton rôle en tant que directeur d’agence ?

Je suis toujours en train de le découvrir puisque j’ai été nommé directeur il y a quelques semaines. Auparavant j’étais responsable distribution pneumatiques (toute France) et responsable méthodes et projets. GT solutions est une entreprise dans laquelle j’ai eu l’opportunité d’évoluer.

Ici, nous traitons les arrivages de pneumatiques, mais aussi de Général Cargo et de produits médicaux. Je manage une équipe de 8 collaborateurs, en charge de l’administratif et de l’activité sur les quais. Tous les soirs, nous recevons les flux de marchandises, nous flashons les colis, nous les trions pour préparer les tournées de livraisons puis nous les chargeons afin d’assurer les expéditions du matin. Ma mission est de mettre en place les bonnes procédures et d’assurer le développement et la rentabilité de l’agence. Cela me tient d’autant plus à cœur que j’ai participé à l’élaboration de process dans d’autres sites GT Réseaux Spécialisés. Je veux donc qu’on soit irréprochables dans l’agence de Lillers.

Ces process dont tu parles, tu en es fier ?

Oui, j’ai besoin de sentir que mon travail est utile, comme dans le cas du flashage des colis par exemple. Il a fallu réfléchir à toute l’organisation et la déployer. Quand je vois le résultat et les bénéfices pour l’entreprise, je suis satisfait.

Le meilleur moment de la journée, c’est…

Le matin, quand tu arrives et que la nuit s’est bien passée, qu’il n’y a pas eu d’incident !

Un souvenir marquant ?

Ah oui, lorsque je suis parti dans l’est de la France pour aider à démarrer un nouveau contrat avec un gros manufacturier pneumatique. Je devais rester sur place 3 semaines… et la mission a duré 9 mois. En fait, le partenaire qui devait héberger cette activité a déclaré forfait, cela faisait trop de flux de distribution pour lui. Nous avons donc dû trouver une autre solution pérenne et monter un dépôt dans la région. C’est là où ma phrase fétiche a pris tout son sens car avec tous les services support de GT solutions, on ne s’est pas dégonflés ! J’ai pu mesurer à cette occasion la force de l’entreprise, je ne suis pas resté isolé avec ce problème à gérer. Les équipes techniques et informatiques se sont tout de suite mobilisées pour chercher des bâtiments et les aménager. Parce qu’en plus, l’hiver dans l’est avec la neige, c’était un peu sportif… Au final, cela fait des bons souvenirs !

La nouvelle agence GT Solutions Réseaux Spécialisés à Lillers

1700 m² de surface d’exploitation

C’est Arpad, le nouveau directeur de l’agence de Lillers et ancien responsable pneumatiques à Tremblay, qui assure la visite des lieux : « Ici, nous disposons d’un dépôt de messagerie de 1700 m² de surface, selon une configuration traversante avec des portes de quais des deux côtés. Nous traitons les flux de pneumatiques pour de nombreux manufacturiers. Nous avons également une activité Général Cargo et produits médicaux. Les arrivages s’effectuent entre 21 h et 3 h du matin. Tout est trié, flashé et dispatché dans la nuit, pour repartir au petit matin et être livré dans la journée vers les départements du nord de la France. »

dépôt GT à Lillers

La vingtaine de conducteurs travaillant déjà sur le site a été intégrée aux équipes de la filiale GT Nord. Les autres salariés – personnel de quai et administratif- font partie de GT Solutions Réseaux Spécialisés. Les deux métiers de GT solutions – dédié et distribution- cohabitent donc parfaitement sur le même lieu de travail, en totale complémentarité. « Pour les clients existants, il n’y a pas eu de changement, se réjouit Arpad, puisque leurs interlocuteurs habituels sont restés. L’objectif est maintenant d’ouvrir de nouveaux axes avec des ramasses dans le Nord pour livrer dans toute la France. La région est à fort potentiel. »

 

Les équipes de Tremblay et tous les services supports de Bassens ont participé à l’intégration du site. Les services généraux, RH, juridique se sont rendus sur site. Dès le mois de juin, le service informatique est intervenu pour mettre en place les systèmes d’information et tous les logiciels nécessaires à l’exploitation.

L’intégration vue par un salarié

Guillaume est agent d’exploitation dans l’agence de Lillers. Il témoigne sur ce moment toujours délicat où une structure est absorbée par une autre…

« L’intégration s’est super bien passée, nous nous sentons bien accompagnés par Arpad, par les équipes de Tremblay et par tous les services de Bassens. Au départ, les dirigeants GT solutions sont venus nous présenter l’entreprise. Puis nous avons eu chacun un entretien individuel avec notre manager. Nous avons pu poser toutes les questions que nous voulions et avoir les réponses.

Ce qui est bien, c’est que nous connaissions Arpad et les équipes de Tremblay puisqu’on travaillait déjà avec eux. Nous avons le même état d’esprit, ce sont nos collègues maintenant, ils nous ont spontanément proposé leur aide pour nous accompagner dans nos débuts chez GT. Nous avions peur d’entrer dans une grosse entreprise et en fait, c’est très humain. »

  

Christophe, affréteur chez GT solutions

affrétement GT solutions– Christophe, en quoi consiste le métier d’affréteur ?

Trouver des solutions de transport pour nos clients. Chaque jour, ils nous passent commande pour acheminer des lots de produits vers leurs propres clients et nous avons entre 24 h et 48 h pour assurer la livraison. Dans mon cas, je travaille avec un seul client qui fournit du matériel médical -masques, charlotte, blouses, gants, trousses d’intervention- aux hôpitaux et aux cliniques. Lorsque ces derniers n’ont plus de stocks, ils passent commande et le fournisseur nous contacte pour piloter la livraison.

– Est-ce tu gères aussi le chargement et déchargement sur le quai ?

Non, l’affrètement c’est uniquement de l’organisation de livraison, sans gestion de stock. Notre travail c’est d’assurer la livraison de A à Z, d’abord en fixant le prix, puis en trouvant le transporteur qui a de la disponibilité dans ses camions en fonction du volume et de la distance. Et cela va jusqu’au suivi de livraison bien sûr et la résolution des litiges. Un conducteur n’a pas livré dans le bon service par exemple, alors l’hôpital s’impatiente et notre client aussi. Donc j’appelle le transporteur et nous essayons de comprendre d’où vient le problème et comment y remédier au plus vite.

– Ce que tu aimes dans ton métier ?

Le fait justement de toujours devoir trouver des solutions, rien n’est acquis ni régulier. C’est un poste où il faut supporter le stress car nous travaillons sans cesse dans l’urgence, avec d’un côté le client qui veut que son colis soit livré avec un délai le plus court possible et de l’autre côté les transporteurs qui doivent rationaliser les tournées et gérer leurs équipes. On le sait, il y a pénurie de conducteurs, tout le monde cherche des volumes disponibles.

– Comment sélectionnes-tu les transporteurs ?

Cela fait partie de mon travail, je les démarche de manière à avoir un portefeuille de 10/15 transporteurs par département et je fais attention à répartir les lots entre eux, pour bien consolider les partenariats.

– Depuis combien de temps es-tu à l’agence GT solutions de Tremblay (93) ?

Depuis 9 mois. J’ai postulé car je connaissais l’entreprise GT et j’avais envie de travailler ici. Je suis dans le fret depuis 5 ans et avant j’étais dans l’exploitation transport. Mais je préfère être affréteur ! À Tremblay, nous sommes 7. Chacun gère son portefeuille de clients, c’est donc un travail assez individuel, mais il y a de l’entraide dans l’équipe. Lorsqu’on ne trouve pas de place pour une cargaison, on se tourne vers les collègues et tout le monde s’y met. Et une fois de plus, on résout le problème !

 

Tuteurs et alternants, un apport réciproque

D’un 1er stage à 14 ans jusqu’au BTS

On peut dire que Justin est un habitué des lieux ! Passionné par la vie d’un entrepôt, le jeune homme a effectué son premier stage de découverte du monde professionnel à la plateforme de messagerie de GT solutions Réseaux Spécialisés, située à St Jory (31). Il avait 14 ans. Son tuteur Jonathan, Responsable d’exploitation, le suit donc depuis ses débuts. « Il a eu son BEP agent de quai, un BAC Pro puis a enchaîné avec un BTS en alternance. Il a beaucoup évolué au fil des années et ce qui est intéressant, c’est qu’il connait chaque poste de l’entreprise. Actuellement il est chargé de répondre aux réclamations clients.»

Être tuteur, est-ce une responsabilité ? L’avis de Jonathan est sans ambiguïté : « Oui, totalement, c’est à nous d’accompagner le jeune pour qu’il s’épanouisse et qu’il comprenne le travail. Il faut surtout le considérer comme un salarié normal et l’intégrer dans les équipes. » Ayant réalisé tout son parcours de formation en alternance, Jonathan est le premier à valider ce système d’apprentissage. « Pour le suivre, nous faisons des points réguliers tous les deux au moins une fois par mois et je suis en contact pour des rendez-vous pédagogiques avec ses professeurs 1 à 2 fois par an, et plus souvent par e-mails. »

Justin termine son BTS l’an prochain. L’objectif affiché est de l’embaucher. « Accompagner un alternant est un investissement qui prend du temps, reconnait Jonathan. L’idée c’est de le former pour le garder, car il connait les clients et nos méthodes de travail. »

Prendre le temps de l’intégration

Chez GT Île-de-France Nord, l’accueil d’un nouvel arrivant est l’une des clés de la réussite. Et c’est aussi valable pour les salariés que pour les alternants. Valérie, la Responsable d’Exploitation, a donc organisé un parcours d’intégration pour Quentin, qui suit un Bac + 3 transport & logistique. Il a ainsi passé ses premières semaines dans l’entreprise à découvrir tous les postes de la structure et à se former sur les outils informatiques, sur lesquels il s’est vite montré à l’aise. « Aujourd’hui il prend en charge les missions administratives d’un chef de groupe. Il est trop jeune pour manager directement les équipes de conducteurs et être en relation avec les clients, mais il apporte une aide précieuse aux chefs de groupe et leur dégage de la disponibilité. Il valide les heures de conduite, assure la gestion du planning, des attestations et des documents relatifs aux véhicules. »

Pour Valérie, le temps pris au départ pour découvrir tous les métiers est primordial. « Quentin doit avoir une vision globale de qui fait quoi et quels sont les impacts de chaque poste. Nous sommes tous reliés et nos actions ont des conséquences sur le travail des collègues. Par exemple, si Quentin ne valide pas les heures de conduite, il n’y a pas de facturation déclenchée. En passant du temps avec la personne en charge de la facturation, Quentin comprend les implications de sa mission. »

Comme son homologue Jonathan, Valérie a consacré pas mal de temps à Quentin lorsqu’il est arrivé. Ce n’est pas toujours simple de trouver cette disponibilité mais elle apprécie particulièrement d’accompagner un étudiant à ses débuts dans la vie active.

C’est un apport pour nous

Chaque lundi, Mathieu fait un point sur les tâches confiées à Axel pour la semaine à venir et refait un état des lieux le vendredi. « Nous sommes là pour le former mais il doit aussi être autonome. C’est un passionné, il est sans cesse en veille sur les sujets de sécurité et nous apporte sa vision avec plus de recul, c’est un échange permanent. C’est ce qui lui plait chez GT solutions : l’écoute, le dialogue ouvert avec tous les membres de l’équipe dont il fait intégralement partie. »

Alternance GT solutions

Après son diplôme, Axel ne restera pas chez GT solutions car il souhaite aller découvrir d’autres systèmes d’information pour compléter sa formation. Mathieu va donc partir à la recherche du prochain alternant. « C’est un challenge de trouver un bon candidat. Pour moi, il faut qu’il ait deux qualités : la curiosité et l’autonomie. » Courage pour ces recherches, Mathieu !